samedi 6 mars 2010

Collectif Antigone : Pourquoi nous voterons pour Frédéric Bastiat


Voici l’appel du Collectif Antigone, reproduit sur ce tract que vous pouvez également distribuer :

« Orphelins de la liberté, nous ne nous reconnaissons dans aucune liste pour ces élections régionales. Nous voterons, quelque soit la région, pour une liste dirigée par Frédéric Bastiat, un journaliste, économiste, philosophe et homme politique français du XIXe siècle. Par ce choix, nous voulons souligner à quel point la liberté, économique et politique, est aujourd’hui méprisée dans notre pays.

Le libéralisme a une riche histoire en France, tant dans la pensée qu’en politique et pourtant, aujourd’hui, la droite comme la gauche communient dans l’antilibéralisme. Nous appelons donc tous les électeurs sensibles à la liberté, tant politique qu’économique, à nous rejoindre et à découvrir Frédéric Bastiat.

Nous sommes un groupe de citoyens sans affiliation politique, qui entend par son action montrer à quel point l’apport du libéralisme en France est aujourd’hui occulté. Nous prenons le nom de collectif Antigone du nom de cette femme qui, dans l’Antiquité, osa s’opposer à Créon chez Sophocle, pour défendre les droits naturels de l’homme. Nous nous en revendiquons dans une société ou la liberté est menacée : liberté politique à travers le fichage, l’extension des pouvoirs policiers, la montée des contrôles sur l’internet ou l’intrusion du pouvoir public dans nos plus petites décisions. Liberté économique par la réglementation poussée à l’extrême, la collusion du pouvoir avec des intérêts privés ou l’explosion d’une dette qui nous entraine vers le sort de la Grèce, non pas antique mais contemporaine.

Désireux de prendre une part active à la vie politique, nous attendons l’avènement d’une droite et d’une gauche moderne, pour lesquelles nous pourrions voter. C’est avec tristesse que nous avons décidé de voter blanc, et avec joie que nous voterions pour des partis qui, enfin, représenteraient les idées de liberté et rendraient possible une société ouverte, fondée sur la liberté et la responsabilité individuelles. Les partis qui entendraient l’appel des millions de laissés pour compte de la politique actuelle que nous représentons s’assureraient à coup sur leurs voix. »