samedi 9 mai 2009

Wikipédia bashing

Tout est bon à certains pour du Wikipédia bashing. Le dernier exemple de la falsification de la page de Maurice Jarre l'illustre bien.

Revenons tout d'abord sur l'histoire; Shane Fitzgerald, étudiant en sociologie et en économie à University College Dublin, se livre à une petite expérience sur l'utilisation par les journalistes de Wikipédia. Il profite de la mort de Maurice Jarre, le compositeur de musiques de film, pour insérer une fausse citation de l'intéressé sur la page. Il insère les lignes suivantes :
One could say my life itself has been one long soundtrack. Music was my life, music brought me to life, and music is how I will be remembered long after I leave this life. When I die there will be a final waltz playing in my head and that only I can hear.

Aucune source invoquée, aucune référence, rien. Et il attend. Attend de voir qui va reprendre ces lignes complètement inventées. Le résultat sera à la hauteur de ses attentes : de très nombreux journaux de premier plan reprennent sa "citation" sans la moindre vérification : The Guardian, The Independent, The Daily Mail, la BBC et d'autres journaux de premier plan à travers le monde, en Australie et ailleurs. Shane Fitzgerald en tire une conclusion, les journalistes ne vérifient pas leurs sources, les anti-Wikipédia une autre, Wikipédia a un effet néfaste.

Cependant, les faits sont loin d'être aussi simples. Tout d'abord, concernant l'ajout initial de la citation, l'auteur du canular passe rapidement sur les difficultés qu'il a rencontré pour insérer la citation : une étude plus détaillée montre ainsi qu'il ajoute sa citation une première fois le 30 mars à 2:29 du matin. Malgré l'heure, un contributeur rajoute deux minutes plus tard, à 2:31, une demande de références : "This section needs additional citations for verification". A 11:51, la citation est entièrement retirée par un autre participant. Dès lors, à 14:13, l'auteur du canular frappe encore en la réintroduisant. Le lendemain à 15:07, elle est à nouveau retirée, au motif de l'absence de sources. L'auteur du canular, à 17:03, revient à la charge. La citation reste en ligne six minutes. Ce fut la dernière tentative. Autrement dit, la citation a été systématiquement retirée, avant même que l'affaire soit connue dans les médias, restant au maximum 24 heures en ligne. Voilà pour la facilité à insérer une citation, qui pourtant semblait plausible, sans sources, sur Wikipédia. On remarquera en outre que le fâcheux n'en était pas à son premier vandalisme, agrémentant des articles d'ajouts aussi intelligents que "blessington is the coolesat town ever their soccer team is the best(u12)!!!!!!" et autres passages farfelus.

Même si l'on peut regretter que la réaction des participants à Wikipédia n'aie pas été plus rapide, elle a été globalement satisfaisante pour un système reposant sur la publication libre. Dans le même temps, on observera que les ajouts faits librement par des dizaines d'intervenants ont permis une amélioration sensible de la page, l'"effet vautour". Attaquer Wikipédia sur cette histoire, comme le fait évidemment Alithia, est plus la marque d'une haine obsessionnelle que d'une réflexion poussée. En passant, l'auteur du blog concernée nous montre bien qu'elle voit la paille sans regarder la poutre, comme en témoigne cette erreur factuelle dans son billet : "En effet dans ce cas, l'erreur, -qui n'est que factuelle-, relevant de la désinformation -en l'occurrence une fausse citation- et non de l'interprétation plus subtile, l'erreur donc n'a été relevée que parce que l'étudiant auteur du test de fiabilité a lui-même averti les journaux qui avaient fait confiance à wikipedia, de ce que la citation était fausse ". Pourtant, l'historique de l'article est visible par tous et, si elle avait fait un effort minimal, elle aurait réalisé qu'elle racontait n'importe quoi.

Si la critique de Wikipédia, dans cette histoire s'entend, n'est pas adaptée, qu'en est-il de celle des journalistes? La faute parait plus grave dans ce cas, à plus d'un titre. D'une part, aller chercher ses informations sur le premier site sorti de Google et les reprendre sans la moindre vérification est à l'opposé des principes élémentaires de la profession. On peut également s'étonner, avec un certain cynisme, de l'absence d'un éloge funèbre préécrit, qui aurait évité de devoir faire à chaud ces éloges brouillons... Le pire est probablement dans la façon dont l'événement est ensuite rapporté : l'Irish Times ne vérifie même pas ce que l'auteur de cette manipulation écrit et ne mentionne même pas le combat qu'il a du mener pour introduire sa citation sur Wikipédia. Le Point n'est même pas capable d'écrire correctement The Independent (a à la place du e...). En outre, on regretterait presque l'absence de journaux non anglophones dans la liste de ceux qui se sont laissé piéger, si on estime qu'elle montre qu'aller chercher des informations dans une langue étrangère n'est fait par personne...

Les journalistes contemporains ont cependant quelques excuses : d'une part, si l'affaire a pris une telle ampleur, c'est en partie en raison de la circulation plus rapide des informations grâce aux NTIC. Il y a fort à parier que la majorité des journalistes ne faisaient pas mieux il y a quelques dizaines d'années ou quelques siècles. Mais, seuls un ou deux auraient eu accès au même document et auraient pu être affectés... En outre, on imagine mal que le journaliste chargé dans un journal des éloges funèbres soit vraiment l'un des meilleurs.

Le constat n'en reste pas moins inquiétant sur la qualité de la presse et explique en bonne partie la présentation caricaturale faite du libéralisme en France (du libéralisme comme de tant d'autres choses). Le journaliste "de base" suit la vague, Wikipédia en étant un bon proxy d'ailleurs. Peu importe les faits qu'une recherche sérieuse permettrait de dégager...

A lire aussi :

8 commentaires:

Alithia a dit…

critiquer wikipedia comme le fait évidemment Alithia ...

Ne voyez-vous pas le problème, à savoir que cette information fausse n'a été reprise (sans vérification, cela va sans dire et là est la faute des journalistes) par une multiplicité de media classiques ou en ligne, QUE parce que wikipedia se présente comme une encyclopédie et que des lecteurs admettent qu'elle en soit effectivement une.

Il faut toujours vérifier ses sources, certes. Mais depuis quand est-il impossible de reprendre à une encyclopédie ce qu'elle publie et de la citer au risque de publier n'importe quoi qui s'avèrera totalement faux, voire fictif, ou même un gag ? Depuis wikipedia évidemment.

Et cet aspect des choses ne vous est, semble-t-il, pas même apparu.

darkoneko a dit…

Très bon article.

Et aussi très bonne perception du torchon D'alithia, quoiqu'elle en pense :)

Lexington a dit…

Je vois surtout que vous reprenez sans la moindre réflexion critique toute information sans même chercher à la vérifier et que vous accusez autrui d'une bricole là où vous faites dix fois pire.

Wikipédia peut et doit être critiquée mais l'excès n'apporte rien. Dans cette histoire, ce n'est pas tant Wikipédia qui est en tort que les journalistes.

Alithia a dit…

on reconnaît le wikipedien à l'insulte qu'il profère, toujours à court d'idées (Dark)

Lexington : qui manque de réflexion critique à propos de wikipedia ? Quand vous voyez qu'elle sert à véhiculer dans le monde entier fausses informations, rumeurs, diffamations etc. , et qu'elle est un support de la publicité et de la propagande de qui l'utilise, soit à peu près tout le monde, de l'industrie aux groupes politiques, religions, sectes... ? (vous n'avez pas l'air très au courant)

Serein a dit…

Je crois au contraire que Lexington est très au courant de la manière dont fonctionne Wikipédia, qu'il ne se fait aucune illusion sur ce projet, mais que contrairement à d'autres il sait faire la part des choses et n'a pas des réactions outrancières.

Merci Lexington pour ce billet très fin.

Alithia a dit…

Vous devriez lire ça Lexington, si vous avez un sou d'esprit critique et de distance, valeurs que vantez paraît-il.
http://rationnelsansfinalite.blogspot.com/2009/05/quand-les-prophetie-echouent-et-ce-qui.html

Sekonda a dit…

Très bon article.

> wikipedia se présente comme une encyclopédie

Un collégien ou un adulte découvrant Internet peuvent éventuelement penser sincèrement qu'un "*projet* d’encyclopédie que chacun peut améliorer" a le même niveau de garantie qu'une source payante ; si un journaliste pense cela, sa capacité à exercer son métier peut être mise en doute.

Passant a dit…

"Un collégien ou un adulte découvrant Internet peuvent éventuelement penser sincèrement"

Ah, ce doivent être le même genre de personnes qui croient ce que leur disent les politiciens démagogues, non?

Bref, le problème ce n'est pas Wikipédia, c'est qu'on laisse arriver à la majorité et au droit de vote tant de sots.